Réflexions d’Alexandre Elsig pour l’Observatoire du Centenaire (Paris I-Sorbonne).