désabonnements aux revues scientifiques trop chères

http://rue89.nouvelobs.com/2014/02/03/les-universites-desabonnements-masse-revues-scientifiques-249590

L’article sur des désabonnements en France, Belgique et au Canada montre bien le problème pour les universités: les éditeurs augementent continuellement les prix bien au-delà de l’inflation (cf. chiffre de l’Université de Montréal: depuis 1986 l’augmentation est en moyenne 4 fois plus grande que l’inflation). Un exemple de 100% d’une année à l’autre est cité. Et si après négociations les consortia des bibliothèques universitaires sont obligées de résilier les contrats, les éditeurs arrive même à mobiliser des chercheurs contre les consortia. Les abonnements aux revues prestigieuses sont tellement indispensables qu’il n’y a presque pas de limites aux profits que les éditeurs peuvent générer. Voici les désabonnements en sommaire:

Université de Montréal: désabonnement à Wiley Online (1’142 revues).
Paris Descartes: désabonnement à 34 revues dont tout du groupe Nature et des revues de Wiley, Taylor and Francis , ainsi que 3’000 revues sur la base de données Scopus d’Elsevier.

Université Pierre et Marie Curie: désabonnement à Science.

Conclusion de l’article: changer le système d’évaluation des chercheurs/chercheuses: non plus par le prestige des revues où ils/elles ont publié.

En tous cas, si les désabonnements prennent plus d’ampleur, il faut penser à se faire diffuser en open access par pur intérêt personnel, car dans ces institutions les revues prestigieuses ne seront plus lus!

About Gian-Andri

Subject librarian for philosophy at the University of Fribourg. PhD philosophy, Fribourg 2007; CAS scientific librarianship, University of Zurich 2013.
This entry was posted in scholarly communication and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *