De la rupture amoureuse à la rupture des plombs

L’écrivaine suisse-romande signe un nouveau roman « de terroir » avec Survivante, sous forme de journal intime, paru aux éditions d’autre part en décembre 2019. L’auteure originaire de la Chaux-de-Fonds développe son intrigue dans les décors de son enfance qui ont forgé son imaginaire narratif, comme elle l’avait fait en 2018 dans son court roman Hors-la-loi. Mêlant le farfelu et le vécu, l’intrigue permet de fusionner l’esprit innovant de Julie Guinand à l’incontournable thème de la rupture amoureuse. Sa séparation qui, dans le fond, est le sujet central du journal, est traitée sous la forme d’un récit de fin du monde.  Comme la narratrice l’exprime elle-même, autour d’elle, le monde était sensiblement pareil, infiniment différent.

Tout commence le jour où l’électricité cesse de fonctionner dans son petit refuge reclus dans la vallée du Doubs. Cette panne met fin aux innombrables dérobades qu’offre la technologie moderne auxquelles cède systématiquement la narratrice. Les échappatoires tue-temps habituelles ne peuvent plus masquer l’opacité du silence et de la solitude qui l’entourent. En effet, la protagoniste se voit forcée de se reconstruire, plongée dans les réminiscences de son amour révolu, elle se retrouve face à elle-même et endure la fin de son monde, forcée de construire du neuf là où tout n’est que dévastation. Son cheminement intérieur se réalise au fil des eaux du Doubs, passant successivement par la myriade d’états qu’implique son deuil amoureux.

Survivante prend la forme d’un journal intime, tenu au jour le jour à partir du moment que la protagoniste nomme « sa fin du monde ». Sous des allures fictives d’apocalypse, la narratrice se livre à une introspection car, à force de creuser, d’être forée de l’intérieur, j’ai mis à nu quelque chose d’essentiel. Son écriture incisive, parfois empreinte de cynisme, ne manque ni d’humour ni de justesse et emporte son lecteur dans son aventure survivaliste. Ce bref ouvrage ne peut qu’attiser la sympathie d’un lecteur qui se reconnaîtra dans le personnage principal, et ne manquera pas de lui décrocher un petit sourire en coin.

 

Julie Guinand, Survivante, Éditions d’autre part, décembre 2019, 134 pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *